© 2016 par Sarah Fournier Sophrologue

Retenez moi ou je vais tout casser!

February 22, 2017

Un mot de travers, le soleil qui brille un peu trop à votre goût, une tâche que vous n'arrivez pas à finir ou bien une journée de seulement 24h alors qu'il vous manque au moins 2h pour accomplir toute votre liste de travail, un patron abominable (parce que bien sût ils le sont tous!) et que vous avez envie d'écraser comme un insecte pour entendre ce doux craquement sous votre semelle ah ah ah oui vous êtes en colère et nous sommes tous à la merci de ce sentiment, aussi brusque et violent qu'un cyclone qui serait prêt à tout envoyer en orbite, un accès de rage ou un ras le bol monstrueux qui vous donne envie d'hurler.
Quels sont les signaux d'alarme que nous envoie notre corps? Comment accueillir ce raz de marée et qu'en faire? Et en quoi la sophrologie peut nous accompagner? Voyons cela ensemble, si je ne suis pas dérangée par ce fichu téléphone!! Ah oui premier conseil car ici tout ce que je vous propose est à tester, à adapter à votre rythme alors prenez ce temps pour vous et autorisez-vous cet espace de pause et de silence: on "pause" son téléphone et on se déconnecte le temps d'une lecture!

 

Tout mon corps veut hurler mais mon mental le musèle!

 

La colère ça commence comme une crise de gratouilles ça nous titille légèrement jusqu'au moment où on porte notre doigt dessus et là on ne sent plus que ça, on voit rouge mais c'est surtout nous qui devenons rouge, la température de notre corps augmente, notre rythme cardiaque et notre tension également, notre corps se prépare au combat!

Les poings se serrent, la mâchoire se crispe et selon notre sensibilité on peut se mettre à trembler et tout d'un coup apparait devant nos yeux comme un voile sombre. Notre sang est évacué de certaines zones du cerveau pour aller dans toutes les parties du corps utiles à notre survie, notre cerveau limbique reprend les rênes! Et comme avait l'habitude de dire un de mes formateurs : "3 neurones sont actifs "je" "suis" "con"..."

Dans cet état plusieurs options:

- Hurlement et cri d'insanités et autres discours majoritairement sans fondement, ni sens mais teintés de méchancetés, coup bas et paroles blessantes.

- Le corps s'agite et pas de chance pour le vase de belle-maman ou tiens le téléphone paf explosé! Et dans cette manifestation destructrice la colère peut provoquer des phases de violence tournées contre soi ou un autre individu.

- Et puis il y a la réaction sociale, conforme à ce que l'on nous a appris, à ce que l'on voit autour de nous et surtout conforme à ce que l'on attend d'un être humain civilisé: les émotions il faut les taire et la colère encore plus! On la met en cage, on la contient de toutes ses forces et surtout on en parle pas c'est mal, honteux même!

Imaginez un peu si on piquait une colère au milieu d'un magasin de vaisselle (ah ah ah le rêve!)... La colère c'est bruyant, gênant et à peine acceptable de la part d'un enfant alors d'un adulte certainement pas! La colère est synonyme de perte de contrôle. La colère n'est pas recevable par autrui, elle est dangereuse, il convient donc de "ravaler sa colère", de l'étouffer.

 

Réprimer sa colère n'est pas un acte anodin, ni sans conséquence pour soi, interrogez-vous: comment vous sentez-vous après avoir ravalé votre colère?

Il nous reste comme un arrière goût dans la bouche et la situation à l'origine de ce sentiment va être ruminée et remâchée pendant un bon moment... Il y'a aussi une baisse de l'estime de soi, ce n'est pas direct, mais nous retenons que nous sommes incapables de nous protéger, nous, notre identité, nos valeurs. Peuvent apparaître alors de l'anxiété, des insomnies, un état dépressif, des troubles anxieux comme des obsessions, des affections de la peau comme l'eczéma... C'est effrayant non? Ça vous donne envie d'exprimer votre colère??!

 

La colère a une fonction précise elle nous indique en quoi le monde, ici et maintenant n'est pas assez bon pour soi, pas assez aimant. Elle nous signale une frustration, une violation de notre territoire, de notre identité, une perte de liberté, qui va nous pousser à mobiliser notre énergie afin de retrouver notre équilibre, notre unité. Comprendre ce qui a provoqué la colère nous permet de saisir ce qui est important pour nous, nos valeurs et de pouvoir les exprimer! Enfin!

Alors essayons: 

Prenez un moment pour aller rechercher le souvenir d'un évenement où vous avez senti la colère vous envahir... Oh rien qu'en y repensant je recollerai ce fichu vase pour le casser à nouveau!!

Maintenant posez-vous la question qu'est-ce qui était à l'origine de cette montée colérique? Etait-ce un manque de respect, de votre identité, de vos valeurs, une  perte de liberté, de contrôle, une frustration, la perspective hypothétique d'échec, un manque d'amour...?

Prenez un moment pour exprimer vos besoins, vos sentiments, "je me sentais..." ou "je ne me sentais pas..." et "je ressentais le besoin de..."

 

La colère cache parfois bien d'autres émotions, passées et présentes...

Mais le boulot aujourd'hui ce n'est pas de démêler le sac de noeuds de nos émotions passées, présentes bla-bla-bla on en fait quoi de cette colère??

 

Je vous invite à considérer juste pour un instant que la colère est  une énergie, une onde puissante qui traverse tout votre corps, ni positive, ni négative, elle est... Alors accueillons la, écoutons la, elle vous délivre un message important (ouh ouh ouh le verbe est bien choisi hein?!).

Respirez dans cette colère, laissez votre corps se remplir d'air et de cette énergie ( et puis ça laisse le temps à votre cerveau de rediriger les infos dans votre lobe frontal qui va remettre du sens!).

Allez-y respirez profondément, calmement, mettez-vous à l'écoute de toutes ces sensations qui vous inondent (vous avez quoi de mieux à faire? Racheter un vase ou un téléphone ça coûte cher!)

Votre rythme cardiaque va s'abaisser, votre corps se détendre peu à peu et vous permettre de faire émerger les solutions, vos solutions, pour modifier, améliorer la situation si tant est qu'elle dépende de vous, ou bien modifier votre perception de cette situation.
Vous pouvez ajouter à cette respiration une douce tension de tout votre corps, vous inspirez profondément par le nez, retenez l'air dans les poumons, et contractez avec douceur l'ensemble de votre corps, votre visage, vos épaules, vos bras, vos mains, votre ventre, vos muscles fessiers, vos jambes, jusqu'au bout de vos pieds, et vous expirez par la bouche en relâchant tout votre corps... Adaptez cet exercice à votre environnement!

Maintenant que la colère vous a indiqué ce qui n'allait pas et que vous avez réactivé tout votre cerveau quelles sont vos solutions?

 

La colère vous pousse à vous interroger sur ce qui vous convient ou ne vous convient plus, sur des situations qui peuvent être modifiées ou qu'il est temps de clore. Elle vous invite au changement, à une meilleure compréhension de vous-même et de vos besoins.

Lorsque nous, adultes, nous nous autorisons à être bienveillant avec nous-même et à mettre en mots nos sentiments et nos émotions, les enfants apprennent également à le faire et c'est tout un monde de couleurs qui s'ouvre à eux!

 

Avec coeur,

 

 

Sarah

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Embrassez vos ombres

October 30, 2019

1/2
Please reload

Posts Récents

October 30, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square