"Tout va bien se passer !" ou comment la positivité devient toxique

Vous avez certainement déjà eu ces réflexions, quand vous traversez une période désagréable, de la part de proches ou connaissances, ce genre de réflexions qui partent apparement d'un bon sentiment mais qui dans ce contexte ne vous vont pas du tout. "C'est un passage", "un mal pour un bien", "tout change", "t'inquiète pas ça va aller", "il y a une raison à tout", "reste positif"...

L'injonction à la positivité est devenue presque étouffante.

Et bien loin parfois de rassurer la personne elle peut créer une dose supplémentaire de culpabilité, culpabilité à ne pas réussir à se sentir bien ou à ne pas réussir à envisager que ça puisse aller mieux, ou même un sentiment de honte quant à sa réaction.

Lorsque ça ne va pas et bien on ne voit pas la lumière et certes il est nécessaire de s'entourer de personnes positives mais il est encore plus nécessaire de reconnaître que non là ça craint juste ça craint vraiment et ne pas mettre ses émotions de coté pour les laisser à la longue se cristalliser, et tomber dans une forme d'inertie.

L'émotion, même négative, a besoin d'être validée et c'est souvent cela que la personne recherche lorsqu'elle vous parle de ce qu'elle vit; un espace d'écoute, simplement.

Positives ou négatives, les émotions nous fournissent un grand nombre d'informations qui vont nous permettre de déterminer si la situation est correcte pour nous ou pas. Ignorer les émotions négatives c'est se priver d'une expérience, de l'ensemble de cette expérience, et c'est aussi se priver de notre capacité à évoluer, à renforcer notre résilience.


Mais pourquoi utilisons nous cette positivité à outrance?


De toute évidence une personne négative c'est dérangeant, nous ne sommes pas à l'aise avec les émotions négatives et on préférera les éviter plutôt que leur accorder de l'attention.

Nous sommes habités par cette peur de se retrouver dans le même état, comme si reconnaître la négativité chez l'autre lui donnait la possibilité d'exister en nous.

Nous craignons la contagion de ces émotions, et la positivité est une façon de se protéger de cette possible contamination en maintenant notre état interne le plus haut possible.

C'est une forme de déni que l'on impose à l'autre et qui va indéniablement augmenter le taux d'anxiété et la sensation d'anormalité de sa réaction.


Il est pourtant essentiel de normaliser ces émotions, et surtout de leur donner un espace d'expression, sans jugement.

Nous sommes tous à la merci de cette positivité toxique, et encore plus si notre propre état interne est instable. Ayez conscience qu'offrir votre écoute, bienveillante, à l'autre est également une façon de vous l'offrir à vous.

Vous pourriez être surpris des résonances et des guérisons que le simple fait d'écouter peut créer.



Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2016 par Sarah Fournier Sophrologue